Accessibilité

a A A

Sous-marin expérimental : Le Gymnote

Découvrez les "dessous" de l'univers des sous-marins !

En pleine guerre froide, alors que la course à l'armement est lancée, un sous-marin expérimental, le Gymnote, va voir le jour en 1966 à Cherbourg. Tandis que les États-Unis ont inauguré leur premier sous-marin nucléaire en 1954, la France se lance dans des essais pour préparer l'arrivée de la nouvelle génération de sous-marins et développer sa forme de dissuasion.

 

Un sous-marin expérimental

Doté d'un système de propulsion classique type diesel-électrique, unique modèle de sa série, le Gymnote va permettre de procéder à des essais de lancements de missiles nucléaires destinés aux futurs SNLE (Sous-marins Nucléaires Lanceurs d'Engins).

 

Composé des éléments de coque du Q244, qui aurait dû être le premier sous-marin nucléaire français et dont le projet fut abondonné en 1959, il fut doté de 4 tubes missiles. D'une longueur de 83m80 pour 10m60 de large, il pesait 3000 tonnes et avait une capacité d'immersion de 250m. 

 

20 ans de service pendant la Guerre Froide

Véritable laboratoire d'essais, il rejoint Toulon le 1er août 1966 avec 91 membres d'équipage à bord, pour effectuer une première campagne de tirs de missiles expérimentaux M12. Envoyé à Lorient en 1968, deux nouvelles campagnes de tirs sont effectuées jusqu'en 1971 dans le golfe de Gascogne. Il sera ensuite adapté aux missiles M4 en 1982 pour une nouvelle série de testes au Centre d'essai des Landes.

 

Son dernier grand carénage sera effectué en 1985 à Cherbourg pour reprendre la mer une dernière fois avant d'être condamné en 1987. 

 

L'arrivée des SNLE

En parallèle de ces tests, le projet des SNLE (Sous-marins Nucléaires Lanceurs d'Engins) est relancé en 1964. Le Redoutable, premier sous-marin nucléaire lanceur d'engin, entre au service actif en 1971. Il fait plus de 900 tonnes, possède une capacité d'immersion de 700m et peut partir en mission jusqu'à 90 jours avec un équipage de 135 hommes. Plus discret et disposant d'une autonomie jamais atteinte avcee les sous-marins classiques cette nouvelle génération va permettre à la France de disposer d'une force de dissuasion crédible.

 

Devenu obsolète, le sous-marin expérimental est condamné. Il aura permis de procéder au test de 130 missiles entre 1966 et 1986. La coque du Gymnote sera ramenée à Lorient avant d'être détruite à Saint-Nazaire en 1990.

 

 

 

LANGUE :

Découvrez nos autres musées : Cité de la Voile et Haras d’Hennebont.